Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 3
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Presentation de la ville

le Sam 18 Fév - 0:43
                                                                         Vaaël-Mihr


                                                                                                 Cité des réprouvés
Porte principale de la cité


Prologue du roleplay:


Notre monde est tel qu’il y a des gens qui naissent et prospèrent dans un monde fait à leur mesure, où ils vivront heureux s’ils respectent les lois de la société et n’auront jamais à se soucier du sens de leur vie, et il y a des gens qui naissent dans la douleur et ne la quitte jamais dans ce monde qui leur rappelle sans cesse qu’ils ne seront jamais les bienvenues, qui n’auront jamais rien, quelques soit les sacrifices qu’ils font pour s’adapter à la société, et qui n’auront de cesse que de s'appesantir sur leur sort sans pouvoir rien y changer. 
Ou du moins, c’est ce que pense le cynique. 
Mais à ce cynique, les réprouvés pourront toujours répondre; 
-Tu te trompes, l’ami. Car fût un temps où nous avions une cité pour nous. Une cité majestueuse et riche, développée et puissante, une cité faîte par ceux qu’on ne veut pas voir; Vaaël-Mihr, Cité des Réprouvés !
Et si l’on vous demande de conter l’histoire de la Cité des Réprouvés, sachez que nul ne saurait résumer une tel légende.

Mais si l'on devait en retracer les évènements majeurs, cela donnerait quelque chose comme cela;

1er chapitre du roleplay:

La fondation de Vaaël-Mihr:

La cité Vaaël-Mihr fût fondée par le Seigneur Chronos le Déchût en un temps où les squelettes et les creepers peuplaient encore notre monde. Chronos était l’héritier des Seigneurs de Dunthain, une longue lignée de Seigneurs Nains, mais, refusant de se soumettre au mode de vie que lui imposait sa famille, il fut déshérité et déchût de son titre. Il devait en garder une haine vis à vis des nobles toute sa vie durant. Furieux de sa déchéance, Chronos quitta son foyer et partit sur les routes. Il parcourut Federion de long en large, ne parvenant nul part à trouver de quoi oublier l’outrage que lui avait fait subir les siens. Il vit maintes villes magnifiques, maints paysages enchanteurs, mais toujours, il passa son chemin. Il rencontra bien des humains, mais jamais aucun ne lui sembla digne de partager sa route. 
Jusqu'à ce qu'un jour, alors qu’il traversait une forêt fort dense, il tomba sur une singulière communauté. Il y avait là des êtres des plus insolites, et des humains aux allures peu conventionnelles. Chronos s'arrêta pour les observer de plus près. Le simple fait de voir un tel patchwork d'individus si différents et partageant pourtant tous une étrangeté caractéristique aurait fait rire bien des gens. Mais Chronos ne riait pas. Il était intrigué. Il voulait les comprendre. 
-Qui êtes vous, vous qui semblez n’exister que pour contraster le reste du monde ? leur demanda t-il.
Une silhouette vêtue d’une longue toge se leva, et retira sa capuche, dévoilant ainsi un visage de cochon. L’étrange créature prit la parole;
-Nous qui vous semblons offenser toutes les moeurs de ce monde, on nous appelle les Réprouvés. Nous sommes ceux dont la société ne veux pas, nous sommes ceux qui prennent de la hauteur dans ce grand théâtre qu’est la civilisation, et qui rient, en contemplant toutes ces marionnettes qui ne voient pas leurs fils. Réprouvés on nous appelle… Et Réprouvés nous nous revendiquons.
Chronos fût fort surprit de ce discours, et non moins par la teneur du discours que par l’allure de l’orateur. 
-Alors, vous vous revendiquez lie de la société… Voilà des paroles que jamais mes oreilles n’avaient encore ouïe. Et toi, que je ne saurais décrire sans offenser, pourquoi dont es-tu comme je te vois ? 
-M’est humble avis que peu importe mon histoire. Toutefois, si vous souhaitez l’apprendre, je ne saurais vous la refuser. Sachez tout d’abords qu’avant d’être ce que vous voyez, je suis né nain, comme vous. J’étais fils d’une riche famille bourgeoise, et j’ai, dans ma jeunesse, étudié la magie à l’Ecole de Mage de Sphaïra. Mais j’en fût renvoyé pour mes pratiques peu réglementaires. Accablé par l’échec de mes études, j’ai erré sur les routes, et je me fit mage itinérant, proposant mes services à qui me payait assez. 
Je finis par être repéré par un duc peu scrupuleux qui m’offrit de me laisser un laboratoire où je pourrais mener mes expériences comme bon me semblait si j’acceptais de lui créer une arme magique très puissante dont il avait entendu parler je ne sais où. C'était largement dans mes capacités, même si cela allait me prendre beaucoup de temps. J'eus quelques scrupules, mais me résolus à accepter, ma curiosité trop appâtée par la possibilité de mener mes expériences librement. Je travaillais ainsi pendant plus de trois années, sans relâche, mais il arriva un jour où je fis une funeste erreur qui me transforma en porc. Répugné par mon apparence, le duc me jeta dehors, brûla mes grimoires et scella mon laboratoire. 
Rejeté par tous, je trouvai finalement une place dans un groupe de malfrat, mais m’en enfuit après une violente dispute avec leur chef. Vint un jour, où, au détour d’un chemin, je tombai sur les réprouvés. Je n'eus pas besoin de bien les connaître pour savoir que ma place était ici, avec eux. J’avais toujours été un réprouvé, même si je l’ignorais. Mes camarades écoutent toujours mes sages paroles et m’aident dans mes travaux, sans me juger. Je ne sais ce que l’avenir me réserve, mais je sais que je ne saurais à présent l'affronter sans eux.
Chronos était profondément affecté par ces paroles. Jamais il n’avait pensé qu’un tel groupe eut pu exister dans ce monde, et plus, qu'il ait pu survire de longues années ! Pour la première fois depuis le début de son voyage, il décida de faire une pause  quelques jours, pour observer plus en détails le fonctionnement de cette curieuse communauté. 
Les quelques jours devinrent quelques semaines, puis quelques mois, et plus le temps passait, plus il se sentait chez lui parmi les réprouvés. Il ne mit pas longtemps avant de tous les connaître, et bientôt il riait avec eux comme s’il avait toujours vécût à leurs côtés. Il écoutait Dwarfstein lui décrire les machines merveilleuses dont il dessinait les plans à longueur de journée, il aidait Feuri dans ses étranges expériences, calmait Maitre Ahuacatl, un ancien avocat amoureux de l'ordre, lorsque l'une des expériences du mage tournait mal, partageait sa haine des nobles avec Lucienne Rentier, l'ouvrière communiste, cueillait des champignons avec Sylvhippie, un religieux rarement lucide, et chassait des oiseaux avec l'Ermulticope, un ermite aigri et autoritaire.
Toutefois, Chronos ne se sentait pas à l’aise au cœur de cette oppressante forêt, loin des montagnes de son peuple, dans cet environnement sauvage que rien ne semblait pouvoir apprivoiser. C’est pourquoi, un jour, près d’un ans après son arrivée dans la communauté des réprouvés, il prit la parole lors du conseil vespéral, où il tint à peu près ce discours;
-Camarades ! Sous peu, les étoiles qui nous éclairent occuperont les mêmes positions qu’elles occupaient lorsque je vous ai rejoint. J’ai trouvé parmi vous des âmes que jamais je n'eus pu trouver en un autre lieu, des personnalités extraordinaires, des idées géniales, une convivialité inégalable. Mais pourtant, malgré tout le charme de votre communauté, je ne peux me résoudre à rester vivre ici. Qu'est-ce qui m'en empêche ? Nos conditions de vie. Ne méritons-nous pas mieux que ça ? Vivre comme des parias retranché loin de toute civilisation, dans une forêt sombre et hostile, est-ce ça notre destin ? Nous n'arrivons même pas à chasser assez d'oiseaux pour nous rassasier !
-C'est parcequ'on a pas de chien, grommela l'Ermulticope.
-Vous n'avez qu'à prendre le hippie puant, il en a les poils, le comportement et l'odeur ! pesta Ahuacatl.
-Je peux pas, il est vegan, ce con ! lui répondit l'Ermite. 
-Suffit, persifleurs libéraux, interrompit Feuri. Chronos reprit alors;
-Pourquoi certains vivraient-ils bien au chaud dans de somptueuses cités, tandis que nous, nous souffrons tout les maux que la nature nous infligent dans notre triste repère ? Camarades, seriez vous près à sortir de cette fange, à vous levez au dessus de notre condition, à montrez au monde ce que nous valons ? 
Les un à près les autres, les réprouvés se levèrent et applaudirent le dunthanien. Sauf Ecorh, qui s’était endormi. Galvanisé par ses camarades, il continua son discours, criant presque;
-Camarades ! Nous allons fonder notre cité ! Une cité faîtes par les Réprouvés ! Une cité pour les réprouvés ! Et plus personne ne pourra médire sur nous ou nous mépriser !
Chronos avait su convaincre son public. Quelques jours à peine après son intervention au conseil, les réprouvés au grand complet levèrent le camp, et suivirent Le Déchût dans sa quête d’un territoire propre à accueillir leur cité. Après de long mois de marche, à travers des bois de bouleaux et de grands marais, les réprouvés finirent par arriver dans une grande plaine, au Nord-ouest de Federion, bordée par d’immenses et imposantes montagnes. Ils furent tous impressionnés par ces merveilles que la nature avait forgé. 
-Cette chaîne de montagne se nomme Elyrin, déclara Chronos. On dit que c’est l’un des toits du monde, et d’aucun prétendent même qu’elle serait la demeure de dieux…
-Quelques soit les obstacles que nous rencontrerons, nous les surpasserons, lui répondit Feuri. Si ces montagnes sont la demeure de dieux, eh bien ils découvriront sous peu les joies de la collocation…
Ses paroles furent suivirent d’une grande ovation.
-Et comment nommerons-nous notre cité ? demanda un des réprouvés.
-Engra ?
- El-Lesedé ?
-Ektarinoslav ?
-Yamachi ?
-Mira ?
-Miria ?
-Meria ?
-Mir ?
-Joli nom, approuva chronos, mais trop court. Pourquoi pas… Vaelmir ?
-M’est avis que c’est beaucoup trop simple à prononcer, proféra Feuri. Il faudrait ajouter un tiret, quelques lettres inutiles, et quelques accents agaçant en guise de frioritures… Tiens, que pensez vous de Vaaël-Mihr ? Un nom ardu à dire est selon moi bien plus prestigieux.
Les réprouvés furent un temps circonspects vis à vis de ce nom pour le moins surprenant, mais après un temps de réflexion, ils furent vite tous acquis -Sauf Ecorh, qui s’émerveillait devant un rosier- à la proposition et bientôt, toute la vallée résonnait des cris des Réprouvés…
-Vaaël-Mihr ! Vaaël-Mihr ! Vaaël-Mihr ! Vaaël-Mihr ! Vaaël-Mihr !

Présentation:

    La cité naine de Vaaël-Mihr vous invite à rejoindre ses rangs , dans lesquels vous exercerez un rôle a part entière.
      Vous vous impliquerez dans la vie en communauté au sein de la cité .


      Vous pourrez participer aux nombreux Projets en cours; Voire même créer les vôtres !
   
     Pour ce qui est du prix des habitations et des taxes :
     La taxe s’élève actuellement à 14 Gallions par jour, mais est amenée à baisser prochainement.
     Et le prix des habitations s’étale entre 50 et 750 Gallions, notez qu'une maison sur mesure peux être demandée.

      En outre, de nombreux services sont à votre disposition dans la ville: Ferme a bois , plusieurs spawner a mob, grands
      champs, etc
      Et tout cela régis par un hôtel des métiers, le fonctionnement vous sera expliqué lors de votre recrutement.



   Les critères de recrutement sont assez basiques:
        -Avoir Teamspeack
        -Etre un joueur actif
        -Vouloir jouer son rôle au sein de la cité


Une gallerie de photos et Le roleplay complet seront disponibles sur le forums.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum